Archive | Compounds RSS feed for this section

New years

18 Jan

So now that Christmas and New Year have gone by and we’re all nursing away our holiday blues, it feels like it’s a long way until the next time off. Not in China! Even though the Bund was filled with people on December 31st and there were nice projections on historic buildings (see picture below, courtesy of my Italian friend C.), the Chinese don’t really give a toss about the Gregorian new year, at least until now. That’s just entertainment for them, and in fact when midnight hit, nothing happened. No countdown, no fireworks in the country that invented them and in a city where there are fireworks any given day and during daytime.

The Bund on the 31st of December 2011

They’re saving themselves for the really important thing which is just about to start over here and in much of southeast Asia. We’re about to celebrate the Chinese New Year (xīn nián in Mandarin) on the 22nd of January, and not just any new lunar cycle, the year of the Dragon! The dragon is the only animal in the Chinese horoscope that doesn’t exist. (The other ones being, in no particular order: rat, monkey (me incidentally), dog, pig, horse, rooster, snake, tiger, ox, rabbit, boar and sheep). This means that the Dragon is a tad more special than the others in this 12-year cycle. Dragon years are meant to bring prosperity to all and it is considered to be especially good auspices to be born or get married during the year of the Dragon.

With all this fuss about it and remembering how colourful and eventful, even though generally contained, Chinese New Year celebrations used to be in London, I was expecting more visual manifestations of the build up to the event in Shanghai: street decorations, mighty and live dragons everywhere, some sort of Chinese carols or the equivalent. None of that. Compared to Christmas decorations (even in non-religious China), the Chinese New Year so far is quite a modest affair. True they have hung small red lanterns in most places, like building or restaurant entrances, banks, or something a bit more overstated in my local supermarket. There are also special edition packages, on the Danone yoghurts, and some other products that I don’t know. Yesterday only, the fruit vendors started displaying special fruit baskets and selling fireworks of all sorts in their shops. My same friend C. received a cute dragon from her bank. And, apart from some palpable tension prior to a big holiday (and one certainly well deserved for Chinese workers who have a meagre yearly holiday allowance and live far from their families) in office mostly, that’s about it.

So have they managed to escape the commercial exploitation typical of Christmas and New Year and keep Chinese New Year a family affair? Or do they just celebrate wildly on the D-day – there’s so much fireworks it feels like you’re under siege for literally the whole night – then spend a week resting and go back to their workplace? Where’s the beef? It’s too quiet…

At the entrance of my compound

The entrance of my building

In the lobby of a hotel

At the supermarket

Yoghurt pack

Fireworks

Deux jours à Shanghaï

3 Nov

Bon deux jours à Shanghaï, moins de 36 heures officiellement, mais déjà plusieurs différences, curiosités voire chocs culturels au compteur.

Jour 1 – Différences et/ou curiosités 1, 2 et 3

Hier, arrivés quasiment à l’aube et déjà crevés. Normal, après 11 heures de vol. Mais la journée ne fut pas consacrée exclusivement au rattrapage sommeil, particulièrement pour J. Après une ou deux heures de somnolence à l’hôtel, rendez-vous à l’agence de relocation ou Mylène (française) et puis Tiffany (chinoise) nous prennent en charge. Tiffany nous mène ensuite à la banque à quelques mètres de son bureau. Elle se charge de remplir les formulaires tout en mandarin. Nous signons deux ou trois papiers auxquels nous ne comprenons strictement rien, sauf pour un qu’ils ont bien voulu traduire en anglais et grâce auquel nous certifions sur l’honneur ne pas être de PEPs. Comprendre: politically exposed personalities. Un(e) PEP est défini(e) comme étant ne pas être un haut gradé militaire d’un autre pays et autres choses que j’ai sincèrement oubliées. Ce dont je me souviens par contre c’est que les définitions étaient extrêmement détournées et indirectes.

A force de nous observer signer des papiers, Tiffany pousse un cri d’étonnement et nous dit: “Mais vous écrivez tous les deux de la main gauche?!?!”. On acquiesce. Elle poursuit: “Tout le monde écrit de la main gauche en Europe???”. Nous la rassurons et lui disons que nous sommes les représentants de quelque 5% de la population. Elle continue: “Ici il y a des gens qui mangent avec la main gauche, se coiffent les cheveux, etc. avec la main gauche mais personne n’écrit de la main gauche. A l’école tous les professeurs demandent à leurs élèves d’utiliser leur main droite pour écrire.” Circonspecte, je ne sais comment interpréter cette information… M’indigner au nom des gauchers ou relativiser en me disant que les sinogrammes sont plus propices à l’utilisation de la main droite?

Le temps de cette conversation et nos comptes bancaires sont créés et nos cartes de débit remises et actives. En Europe, on aurait dû attendre au moins deux semaines, avoir une adresse permanente, justificatifs de domicile, sources de revenus, etc. Incroyable, d’autant plus que j’ai le statut d’une touriste pour le moment. Les pin codes ici sont de 6 chiffres. Candidement, J. fait remarquer à Tiffany qu’en Europe ce n’est que 4 chiffres. Elle répond subtilement qu’en Chine il y a bien plus de monde.

Jour 2 – Chocs 4 et 5

Nuit réparatrice avec 7 bonnes heures de sommeil (pour moi en tout cas). Mis à part un petit passage au bureau pour J., la journée est consacrée à la recherche d’appartements. Nous fûmes productifs: 10 appartements visités dans 5 compounds. Deux compounds et au moins quatre appartements sont éliminatoires (comme dit JP ☺ – bisous au passage) d’office. Les noms sont drôles: Edifice, La Doll, First Block, One Park Avenue et Merry Apartments! C’était aussi l’occasion pour moi de voir l’artère commerciale de Puxi (rive ouest de la ville). Il y a surtout des malls, et beaucoup de chaînes de magasins plus ou moins connus et luxueux.

Retour à l’hôtel vers 17h20. Repassage à l’agence de relocation et au bureau de J. Repos puis diner au resto chinois littéralement en face de l’hôtel. On est encore déphasés, j’ai eu un gros accès de sommeil complètement inexpliqué avant. Nous étions prévenus que les restaurants fermaient tôt en Chine et même en Asie en général. Mais bon, nous n’étions pas vraiment préparés à ça… On nous admet très poliment au resto. Très peu de temps après nous avoir installés, le serveur vient prendre la commande. Pas encore prêts (les menus offrent un choix énorme ici), nous demandons un sursis. Le serveur nous dit qu’il faut quand même passer la commande vite vu que la cuisine ferme. Rien d’inhabituel jusque-là, il était bien 21h passées. Nous commandons très vite après et recevons notre repas. Un petit quart d’heure plus tard, une serveuse arrive avec l’addition. Bon nous réglons en nous disant que ce n’était pas grave, que ça leur faisait gagner du temps sur la fermeture. Autour de nous, tous les serveurs s’affairent, rangent, nettoient, redressent les tables pour demain, etc. Puis revient notre serveur initial qui nous demande de but en blanc si on voudrait prendre le dernier plat servi en “take away”. ?!?!?!?!?!?!?!?!?. Sonnés, on comprend qu’en fait on nous vire! Et sans beaucoup de ménagement. J. demande si on peut quand même finir de dîner. Je ne pense pas que le mec ait compris, en tout cas il réitère sa question. Cinq minutes plus tard, nous étions dehors l’appétit coupé avec un sac contenant le bœuf sauté, le riz et les dimsum dans des tupperwares. Pour couronner le tout, deux jeunes filles franchement très correctement habillées et parlant l’anglais ont mendié les dimsum que, dans le dégoût, nous leur avons cédés avec un franc sentiment de nous être fait doublement arnaquer.

%d bloggers like this: